Munich : au bord de la guerre, un film très inspirant

George MacKay (véritable histoire de Kelly Gang, 1917), Jannis Niewöhner et star Jeremy Irons dans ce nouveau drame d’espionnage du réalisateur prolifique allemand Christian Schwochow. Basé sur le roman à succès du même nom de Robert Harris, Munich : The Edge of War raconte l’histoire d’un diplomate britannique qui se rend à Munich à l’approche de la Seconde Guerre mondiale dans le but d’empêcher la signature d’un accord entre le gouvernement britannique et Hitler.

A l’automne 1938, l’Europe est au bord de la guerre. Alors qu’Adolf Hitler se prépare à envahir la Tchécoslovaquie, le gouvernement du Premier ministre britannique Neville Chamberlain cherche désespérément une solution pacifique dans l’espoir d’épargner des vies.

Une histoire qui captive

Alors que la pression monte quotidiennement entre les deux forces, le fonctionnaire britannique Hugh Legat (MacKay) est appelé par les services secrets pour accompagner la délégation britannique en Allemagne où un traité de paix doit être signé. Hugh est chargé de rencontrer Paul von Hartman (Niewöhner), un ancien camarade de classe d’Oxford, aujourd’hui diplomate allemand, qui détient des informations vitales sur les plans d’Hitler.

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Après s’être brouillé avec Paul quelques années plus tôt à cause de ses opinions nationalistes extrêmes en plein essor, Hugh est surpris de découvrir que son vieil ami fait maintenant partie d’une résistance cherchant à renverser Hitler par tous les moyens nécessaires. Les deux se retrouvent dans une course contre la montre alors qu’ils tentent de dissuader Chamberlain (Irons) de signer le traité. Leurs plans sont encore entravés par le refus du politicien malade d’écouter toute opinion autre que la sienne, laissant Hugh frustré et Paul en danger d’être découvert.

Un film traitant d’un sujet qui touche le monde

Bien que le film de Schwochow ait souvent l’impression qu’il aurait pu être plus adapté à une mini-série télévisée, il est indéniable que son sujet est rarement vu dans des productions à thème similaire. Peut-être entravé par ses propres références à la télévision, le scénariste-réalisateur a réalisé un film au rythme étrange, mais incontestablement engageant grâce à un scénario brillant et à deux magnifiques performances centrales de MacKay et Niewöhner. Jeremy Irons est en pleine forme en tant que Chamberlain, royal, patricien et légèrement incertain de ses propres actions.

Malheureusement, Jessica Brown Findlay, sur qui on peut toujours compter pour apporter sa propre marque d’optimisme et d’innocence aux yeux écarquillés dans n’importe quel rôle, se retrouve ici terriblement sous-utilisée en tant qu’épouse de Hugh, Pamela, qui souffre depuis longtemps. Malgré ses nombreux défauts structurels, je me tromperais si je disais que je n’ai pas apprécié chaque seconde de ce drame historique brillamment écrit et magnifiquement interprété et que j’aurais volontiers passé six heures de plus en compagnie de MacKay, Niewöhner et Irons.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.