Le Festival du film juif du comté de Sonoma 2020 se déroulera en ligne

Le Festival du film juif du comté de Sonoma est depuis longtemps un événement populaire dans les cinémas Rialto à Sébastopol. Mais avec les cinémas toujours fermés en raison de la pandémie de coronavirus, il est temps pour un format différent. Le festival célébrera son 25e anniversaire avec son premier festival virtuel, du 13 octobre au 16 novembre.

Le festival du film est une occasion passionnante pour la communauté de voir certains des meilleurs et plus récents cinémas internationaux qui ne seront pas projetés ailleurs. Le festival comprendra 10 films organisés en sept programmes différents, ainsi que quatre conférences en direct par des cinéastes, avec des heures et des dates encore à être annoncées pour trois des quatre. Les téléspectateurs peuvent regarder les films à la demande pendant cinq semaines. Les films sont en anglais ou dans d’autres langues sous-titrés en anglais.

Les films à l’honneur

« Sublet » : Un écrivain de voyage du New York Times se rend à Tel Aviv après avoir subi une tragédie. Il est ravivé par l’énergie de la ville et sa relation avec un jeune homme. Ce drame LGBQT met en vedette John Benjamin Hickey, lauréat du Tony Award. Le film est réalisé par Eytan Fox (anglais, hébreu).

« Ils ne sont pas prêts pour moi » : ce documentaire raconte l’histoire de Tamar Manasseh, une étudiante rabbinique noire et mère qui lutte contre des meurtres insensés dans le sud de Chicago (en anglais).

Ci-après la bande-annonce de ce film en anglais :

« Les passagers » : En Éthiopie, il y a une communauté de plus de 9 000 juifs, mais Israël continue de leur refuser l’entrée. Ce documentaire suit deux jeunes juifs éthiopiens alors qu’ils représentent leur communauté abandonnée lors d’une mission fatidique aux États-Unis (anglais, amharique). Le festival comprend une conférence avec le réalisateur Ryan S. Porush à 19 h le 27 octobre.

« Mossad » : Dans cette comédie israélienne loufoque, un agent du Mossad, globe-trotter, est sur la piste d’une mystérieuse organisation terroriste lorsqu’un milliardaire américain de la technologie est enlevé à Jérusalem (hébreu).

« Mon nom est Sara » : Ce film raconte l’histoire vraie de Sara Goralnik, une juive polonaise qui, à 13 ans, s’est échappée en Ukraine et a acquis une identité chrétienne après que sa famille a été tuée par les nazis en 1942 (anglais, ukrainien).

« Ceux qui sont restés » : Ce drame sur le pouvoir de guérison de l’amour au milieu de la perte et du traumatisme est raconté à travers les yeux d’une jeune fille de la Hongrie après la Seconde Guerre mondiale (hongrois).

Programme de courts métrages

Ce groupe de quatre courts métrages du monde entier comprend une comédie se déroulant en Cisjordanie et un rare documentaire judéo-japonais sur les Juifs qui ont fui l’Europe pour le Japon pendant la Seconde Guerre mondiale (hébreu, arabe, allemand, japonais et anglais). Des informations complètes se trouvent dans le guide du film en ligne.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *