Alors, à quel point les films de Mike Leigh sont-ils juifs ?

Mike Leigh n’a jamais voulu être qualifié de cinéaste juif. Il m’a avoué il y a plusieurs années que Radio Days de Woody Allen était l’un de ses films préférés car il résonnait à un niveau très personnel, familial, avec tous les cris et les parents et sa propre retraite dans un monde de pièces radiophoniques et de musique.

La carrière de Leigh est similaire à celle de Allen évidemment juif en ce sens qu’il est régulièrement nominé pour des prix de scénariste, qu’il est prolifique et qu’il a une façon de travailler unique avec laquelle il ne laisse personne interférer. Il serait réducteur de l’appeler le britannique Woody Allen mais, à la suite de son remarquable confessionnal avec Alan Yentob dans lequel il parlait des premières influences juives sur ses films, regardons l’œuvre elle-même. À quel point les films de Mike Leigh sont-ils juifs ?

Fête d’Abigail en 1977

Bien qu’il ait été diffusé en tant que BBC Play For Today, il est devenu l’une des œuvres clés de Leigh, à la fois sur scène et à l’écran. Le cadre suburbain, les cocktails à la mode et la musique (Demis Roussos, Jose Feliciano) sont tous instantanément reconnaissables par quiconque a grandi dans les environs ambitieux de la communauté juive de la classe moyenne, en particulier les enclaves londoniennes telles qu’Edgware et Ilford.

Voici une vidéo en anglais résumant ce film :

En effet, bien que cela ne soit jamais mentionné, les personnages de Beverly Moss et de son mari agent immobilier Laurence, pourraient facilement être juifs. Nous allons les réclamer, de toute façon.

De grands espoirs en 1988

La carrière cinématographique de Leigh s’est relancée avec cette satire de King’s Cross. Le personnage principal Cyril est un passeur à moto et bien qu’il y ait beaucoup de biens et d’aspirations et de la façon dont nous nous occupons de nos proches, il n’y a pas beaucoup de juifs manifestement.

La vie est douche en 1990

Situé principalement parmi une famille du nord de Londres qui se chamaille souvent dans leur salon, cela pourrait maintenant ressembler à un premier épisode de Gogglebox (l’émission de télévision qui a une famille juive sur l’un de ses nombreux canapés).

C’est la chaleur de la matriarche pâteuse d’Alison Steadman, Wendy, qui lui donne un cœur juif, mais pas un estomac juif : l’inoubliable restaurateur de Tim Spall, Aubrey, pourrait être un nebbish juif classique, s’il n’y avait pas la cuisine très peu casher de The Regret Rien : saveloy on litches , foie en lager, crevettes en confiture, soufflé aux tripes, kyste de porc.

Nue en 1993

Le film le plus sombre et le moins manifestement juif de Leigh présente une performance d’époque de David Thewlis dans le rôle de Johnny, errant parmi les démunis dans les rues de Londres. On pourrait cependant considérer Johnny et ses divagations éloquentes et féroces comme les produits d’un système ou d’une famille défaillants. Considérer Johnny comme un garçon juif déchu ajouterait une couche d’horreur considérable au film pour de nombreux téléspectateurs.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Une réflexion sur “Alors, à quel point les films de Mike Leigh sont-ils juifs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *