L’Allemagne a-t-elle tiré les leçons du passé ?

« Saviez-vous que vos grands-parents ont tué mes grands-parents ? » La jeune cinéaste allemande Elena Horn n’a jamais oublié ces mots qu’une personne juive a dits lors de leur première rencontre à Londres, alors qu’elle était âgée de 21 ans.  Il avait pris une batte de baseball et l’a frappée au visage.

Pendant quelques secondes, elle en est venue à représenter tous les crimes commis par les Allemands contre le peuple juif, dit-elle dans une voix off au début de son documentaire stimulant La Leçon.

Cette douloureuse expérience a fait une impression indélébile sur Horn, qui me dit depuis l’Allemagne qu’elle ne pouvait pas arrêter d’y penser pendant les trois prochaines années. La leçon,  dans laquelle elle retourne dans sa ville natale pour examiner comment les adolescents apprennent l’histoire de l’Holocauste, est née du fait qu’elle se demandait pourquoi elle avait réagi avec autant d’émotion à quelque chose qui lui avait été dit par un inconnu qu’elle n’avait jamais revu.

Un parcours remarquable

Horn a eu une enfance idyllique en grandissant dans une ferme dans une région peu changée depuis avant la Seconde Guerre mondiale. Elle le décrit comme le début d’un conte de fées des frères Grimm. Elle parlait rarement de la guerre, et aujourd’hui elle n’a aucune histoire de première main qu’elle puisse raconter ou quoi que ce soit, parce qu’elle n’a jamais rencontré aucun de ses grands-pères. Son lien avec la guerre passe donc davantage par sa grand-mère. Elle était en Silésie et fuyait l’Armée rouge, mais elle n’avait que six ans.

Voici une vidéo présentant ce documentaire en anglais :

À 14 ans, elle a commencé, comme tous les écoliers allemands, à en apprendre davantage sur l’Holocauste, et son monde s’est soudainement assombri. À la maison, un état d’ignorance bienheureuse avait été cultivé, ce qu’elle trouvait étrange étant donné qu’elle pouvait aller voir le Borussia Dortmund jouer à proximité, une équipe de football connue pour avoir des néo-nazis parmi ses supporters, et entendre des chants racistes et antisémites dans les gradins. En octobre 2020, le club a officiellement adopté la définition de travail de l’IHRA de l’antisémitisme dans le cadre d’une stratégie visant à lutter contre le problème de longue date.

Un documentaire très inspirant

C’est donc dans la salle de classe que commence la première véritable éducation sur l’Holocauste pour la plupart des enfants allemands, qui ne commencent souvent qu’avec une vague compréhension du passé récent de leur pays. Selon un sondage cité dans The Lesson, 40 % des enfants allemands ne savent pas ce qu’est Auschwitz. Horn avait-il du ressentiment d’être rudement réveillé de son idylle pastorale par l’école ?

En même temps, elle se dit qu’elle aurait été un héros et non pas comme les millions d’Allemands qui ont laissé l’Holocauste se produire. Dans The Lesson, une grand-mère qui a grandi dans un lotissement nommé d’après Rudolf Hoss, dit avec tristesse à sa petite-fille que le fait de disposer d’un confort tel qu’une buanderie et le chauffage pourrait suffire à faire détourner le regard. Elle espérait que la nouvelle génération ne ferait pas les mêmes erreurs.

Cela touche le cœur du documentaire. L’éducation sur l’Holocauste en Allemagne est-elle adaptée à son objectif ? La montée de l’antisémitisme et la résurgence de l’extrême droite dans son pays ont donné à Horn le sentiment que quelque chose n’allait pas. Elle avait grandi dans une culture de la culpabilité. Était-ce toujours la même chose aujourd’hui ?

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.