Les remakes étonnamment bons de comédies françaises

Qu’ont en commun Martin Short, Ted Danson, Nick Nolte et Robin Williams ? Chacun a joué dans au moins deux remakes, c’est-à-dire deux chacun, de comédies françaises (Williams en a fait trois). Et aucun de ceux-ci n’est aussi bon que l’original.

Bien sûr, il n’est pas rare qu’un remake soit pire que le premier film, mais il y a une considération particulière à faire concernant les traductions hollywoodiennes de la comédie française, en particulier. Ils ont tendance à être mauvais même pour les remakes. Ils ont tendance à être mauvais même pour les films qui sont mauvais pour les remakes.

Le Jouet

Après que Dick Donner ait quitté Metropolis et avant l’entrée de Richard Pryor, ils se sont associés pour ce remake sur un homme qui est littéralement acheté comme jouet pour un enfant riche gâté (Scott Schwartz). Beaucoup pensent que la version américaine est raciste, car elle implique l’esclavage. Mais et si un comédien blanc avait rempli le rôle à la place de Pryor, comme c’était le cas dans la version de Veber ? Exactement, ce serait le même film. Alors n’est-il pas plus raciste de qualifier le film de raciste ? Ou est-il impossible d’ignorer la race et le passé de la nation ?

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Il a également été qualifié d’inapproprié pour les enfants en raison de tous les drapeaux confédérés. D’accord, alors peut-être que c’était intentionnel de faire référence à l’esclavage, de présenter une collecte de fonds du Ku Klux Klan et de faire jouer Jackie Gleason un homme nommé US But comme commentaire.

Quick Change

Il est difficile de surpasser Jean-Paul Belmondo dans un costume de clown (voir la liste de Spout des 10 vols de banque les plus intelligents dans les films), mais Bill Murray fait de son mieux en assumant le rôle du braqueur de banque cynique Grimm, qui n’aime vraiment pas NY. Il est rejoint par Geena Davis (qui remplace Kim Cattrall) et un très geignard Randy Quaid alors qu’ils naviguent à travers, mais se perdent très à l’intérieur, de Brooklyn et du Queens au cours d’une odyssée vers l’aéroport JFK.

Rempli de tonnes d’acteurs formidables, tels que Tony Shalhoub et Stanley Tucci, et beaucoup de choses à dire sur New York à la fin de la décennie délirante de Koch, c’est un remake que je considère meilleur que l’original (qui a été co-scénarisé par Veber). Cela aurait été bien s’ils avaient eu Belmondo pour un caméo, cependant. Il aurait pu jouer au voleur/agresseur de voiture de pain blanc.

True Lies

Combien de personnes savent même que « True Lies » est basé sur un autre film, sans parler d’une comédie d’espionnage française idiote qui a plus en commun, au niveau du ton, avec la récente bombe « Killers » d’Ashton Kutcher-Katherine Heigl ?

Franchement, bien avant de savoir que c’était un remake, on se doutait que Cameron puisse livrer un film d’action aussi simple et agréable sans extraterrestres, robots ou scènes sous-marines. Mais Arnold Schwarzenegger était de retour au sommet pour un autre grand film d’action après avoir heurté une bosse avec « Last Action Hero », et Jamie Lee Curtis était également la meilleure et la plus sexy qu’elle ait été depuis des années.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *