Faire un drame avec shiva

Shiva Baby, le premier long métrage assuré de la scénariste-réalisatrice canadienne Emma Seligman n’est pas le premier film se déroulant exclusivement dans un shiva. Mais, peut-être, c’est le seul si atroce et inconfortable à regarder que ce n’est pas seulement la jeune protagoniste féminine qui en est réduite à se ronger les ongles avec anxiété. Pourtant, ce film de 77 minutes claustrophobe et étroitement chorégraphié se trouve être aussi une comédie. Et c’est drôle. Très drôle.

Shiva Baby suit une étudiante juive bisexuelle, Danielle (Rachel Sennott) qui est sur le point d’obtenir son diplôme et est aux prises avec l’équilibre entre l’indépendance et l’anxiété post-universitaire avec les attentes des parents. Au cours de la shiva de l’après-midi, sous le regard de ses parents autoritaires, mais bien intentionnés (Polly Draper et Fred Melamed), elle est confrontée à une série d’interrogatoires gênants de la part d’amis de la famille, ainsi qu’à des rencontres inattendues et humiliantes dont l’apparition de son ex-petite amie accomplie, Maya (Molly Gordon) et de son papa de sucre, Max (Danny Deferrari), qui arrive avec sa femme non-juive (Dianna Agron) et son bébé dont Danielle ne savait rien. Un moment stressant se succède, faisant monter la tension à des niveaux insupportables avant d’atteindre un atterrissage tendre.

Un succès au Canada

Le film indépendant primé a été un succès au Festival international du film de Toronto l’année dernière avec un critique qualifiant le travail de Seligman de l’un des plus grands films juifs. Développé à partir de la version courte que Seligman a réalisée au cours de la dernière année de son diplôme de cinéma à l’Université de New York, dans lequel l’écrivaine et comédienne Rachel Sennott a également joué, Seligman, 26 ans, dit que le plus grand défi auquel elle a été confrontée pour faire l’adaptation était financier.

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Le syndrome de l’imposteur était un autre défi, admet-elle, Seligman n’avait que 24 ans lors de la production. La décision de tourner le film lors d’un shiva n’a pas été difficile pour Seligman.

Un film authentique

Il y a un fort sentiment d’authenticité dans le film, et le cadre, la famille et l’atmosphère sont tous très fidèles à l’expérience que Seligman a vécue étant enfant. Non seulement la représentation de la judéité par Seligman est fondée sur ce qu’elle sait, mais aussi le concept de relations sucrées, où les hommes plus âgés paient les jeunes femmes pour les rendez-vous et le sexe, qui sont, selon Seligman, plus populaires aux États-Unis qu’au Royaume-Uni, et étaient répandus quand elle était à NYU. Il y a plusieurs raisons à sa popularité, et l’une d’entre elles est à cause de la dette des universités et du coût de l’éducation aux États-Unis, en particulier à New York, qui est une ville incroyablement chère à vivre.

Danielle, comme Seligman, n’a pas besoin d’argent. Comme le souligne sa mère, elle est sur la liste de paie et ses parents ne sont pas au courant de la nature de la relation avec Max, qui pense qu’il l’aide pendant ses études de droit.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.