La nuit dernière à Soho, Antlers, un film plein de surprises

Le célèbre scénariste-réalisateur britannique Edgar Wright (Shaun of the Dead, Baby Driver, The Sparks Brothers) livre une extravagance éblouissante de genre dans son dernier film. Avec Thomasin McKenzie (Leave No Trace, Jojo Rabbit), Anya Taylor-Joy (Emma, ​​The Queen’s Gambit) et Matt Smith (Doctor Who, The Crown), ce thriller psychologique époustouflant plonge profondément dans le passé miteux de Londres, tout en rendant hommage aux Swinging Sixties.

Mckenzie est Eloise/Ellie, une créatrice de mode en herbe avec une capacité mystérieuse qui se retrouve transportée dans le temps à Londres en 1966 dans le corps de Sandie (un tour renversant de Taylor-Joy), une chanteuse de boîte de nuit talentueuse. Alors qu’elle est dans le corps de Sandie, Ellie est séduite par le lothario qui couve Jack (Smith), mais elle se rend vite compte que les choses ne sont pas tout à fait ce qu’elles semblent être lorsque Sandie est contrainte par son nouveau beau dans une vie de dépravation et d’exploitation.

Une histoire très intrigante

Mal du pays et manquant sa grand-mère (Rita Tushingham), Ellie se rapproche de son collègue étudiant en mode John (Michael Ajao) qui cherche désespérément à l’aider à sortir de sa situation difficile. Ailleurs, Dame Diana Rigg, dans l’un de ses derniers rôles, joue le rôle de la sévère logeuse Soho de la jeune femme, Mme Collins, tandis que Synnøve Karlsen livre une performance fantastique en tant qu’ancienne colocataire cruelle et condescendante d’Ellie, Jocasta.

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Le fan d’horreur Wright creuse profondément dans ses propres influences pour nous donner l’un de ses films les plus audacieux à ce jour. En plus de rendre hommage à l’histoire riche et vibrante de Soho, lui et sa co-scénariste Krysty Wilson-Cairns ont également conçu une histoire louable et précise sur l’exploitation et les abus. De plus, ce que le film veut désespérément faire passer, c’est l’idée que rien ne change vraiment et que sous tous les nouveaux bâtiments et les clubs exclusifs des membres haut de gamme, Soho est toujours son ancien moi miteux si l’on gratte la surface assez fort pour révéler tout son imperfection.

Une production remarquable

Dans une ville reculée de l’Oregon, Julia Meadows (Russell) une enseignante de collège et son frère shérif Paul (Plemons) sont toujours aux prises avec les cicatrices émotionnelles de leur éducation abusive. Les frères et sœurs s’inquiètent du bien-être d’un jeune élève de l’école locale dont les sombres secrets sont révélés à travers certains de ses dessins très élaborés. Bientôt, Julia et Paul se retrouvent à poursuivre une mystérieuse créature à travers la nature sauvage de l’Oregon dans l’espoir de l’arrêter avant qu’elle ne tue à nouveau.

Coproduit par le célèbre réalisateur Guillermo del Toro, Antlers est à la fois sombre et esthétiquement époustouflant à regarder. Cooper fait un travail fantastique en créant une atmosphère suffisamment sombre et dérangeante pour accompagner le récit d’horreur corporel résolument sombre du film. Malheureusement, Antlers s’appuie finalement un peu trop sur des allégories d’une évidence discordante sur la toxicomanie et la maltraitance des enfants, perdant tout ce sur quoi elle s’était construite au cours du processus.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.