The Lost Daughter, une belle performance pour l’actrice juive Maggie Gyllenhaal

L’actrice juive acclamée Maggie Gyllenhaal dirige ici une étude de personnage brillamment détaillée sur une femme tourmentée par la culpabilité maternelle dans ce premier long métrage de réalisateur impressionnant. Basé sur le roman du même nom de 2008 d’Elena Ferrante, The Lost Daughter présente un tour étonnant de la lauréate d’un Oscar Olivia Colman (The Favorite, The Crown) qui joue le rôle d’une femme forcée d’affronter son passé troublé lors de vacances à la plage en solo. Dakota Johnson, Jessie Buckley, Paul Mescal de Normal People et Ed Harris sont également à l’affiche.

Arrivée en Grèce pour un bref séjour à la plage, l’universitaire d’âge moyen Leda (Colman) espère passer ses journées à lire et à faire des recherches pour la nouvelle année universitaire. Lorsque sa paix est perturbée par une famille italo-américaine bruyante nouvellement arrivée, Leda les déteste instantanément, mais devient plus tard obsédée par la jeune mère Nina (Dakota Johnson) et sa fille collante. Pendant ce temps, Nina, qui est mariée à Toni (Oliver Jackson-Cohen), autoritaire et violent, a également des doutes sur le fait de rester avec son agresseur.

Une histoire assez troublante

Il s’avère rapidement que Leda a vécu une expérience troublante dans sa jeunesse. Comme le révèlent plus tard des séquences de flashback, l’universitaire (jouée magnifiquement en tant que jeune femme par Jessie Buckley) avait eu du mal à jongler avec son travail de recherche gratifiant et celui d’être mère de deux jeunes filles. Alors que les souvenirs se précipitent de son comportement cruel et impardonnable envers eux et leur père quelques vingt ans plus tôt, Leda n’arrive pas à se pardonner ou à accepter ce qu’elle a fait. Son calvaire culmine bientôt dans une confrontation avec Nina qui à son tour a attiré l’attention du bel étudiant Will (Mescal).

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Gyllenhaal navigue sur ce sujet plutôt épineux avec une facilité impressionnante alors qu’elle plonge profondément dans la psyché d’une femme qui a choisi une carrière et un nouvel amant plutôt que sa propre chair et son propre sang. S’il faut admirer l’honnêteté avec laquelle le sujet est abordé, ce qui est encore plus impressionnant, c’est le peu de jugement qu’il y a ici.

Des performances exceptionnelles

Bien qu’il semble que Colman soit déjà une référence pour un clin d’œil aux Oscars pour son interprétation magnifiquement nuancée, il y a aussi beaucoup à dire sur la performance intrépide et viscérale de Jesse Buckley en tant que femme prise entre le désir de vivre sa vie librement. de ses responsabilités et du devoir de diligence qui est attendu de toutes les mères.

Certes, beaucoup ne parviendront pas à sympathiser avec les actions de la jeune Leda, mais c’est précisément cette honnêteté dans l’écriture et la réalisation qui fait du film de Gyllenhaal l’un des meilleurs drames de l’année. The Lost Daughter n’est pas seulement habilement adapté, c’est aussi un film qui connaît son public et lui fait confiance pour comprendre les motivations du texte original. Le film est aussi un tour de force dans l’art du « show, don’t tell » où souvent tout est sous-entendu sans être dit. Il faut un vrai talent pour pouvoir injecter autant de nuances et en tant que réalisatrice, Gyllenhaal a prouvé qu’elle avait ce qu’il fallait.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.