Charlie Chaplin : la star du silence qui a tenu tête à Hitler

Le Petit Clochard est de retour. The Real Charlie Chaplin, le nouveau documentaire des cinéastes britanniques James Spinney et Peter Middleton, invite les spectateurs à reconsidérer la star du cinéma muet. Un portrait convaincant du berceau à la tombe, utilisant des images d’archives, des enregistrements audio et des dramatisations uniques, et la narration de l’ancienne star de Doctor Who Pearl Mackie, c’est un film qui ne bronche pas du côté le plus gênant de Chaplin, tout comme il ne le fait pas. Je n’arrête pas d’apprécier son importance, en particulier pour le peuple juif.

Loin du précédent documentaire de Spinney et Middleton, Notes sur la cécité de 2016, l’histoire de l’écrivain John Hull perdant la vue, le film est une introduction remarquable pour ceux qui ne connaissent que vaguement Chaplin et sa production. Comme le titre l’indique, il tente d’aller derrière le clochard, le vagabond portant un chapeau melon avec cette moustache trop familière qui est devenue son personnage à l’écran. Son personnage de Tramp est vraiment un moyen pour lui de voyager dans son passé, suggère Spinney. Freud a dit à propos de Chaplin qu’il est destiné à revisiter les humiliations de son enfance.

La vie de Charlie Chaplin

Retraçant son chemin depuis son éducation dans la pauvreté à Lambeth à Londres, le film postule que Chaplin est devenu la première célébrité mondiale. Il est apparu pour la première fois à l’écran en 1914, explique Spinney. Mais ce n’est vraiment qu’une ombre de la renommée qu’il a connue de son vivant. Et un type de célébrité qui a vraiment commencé avec lui. Avant Chaplin, les gens n’avaient jamais été célèbres de cette façon particulière. Lorsqu’il fait ses premiers pas à l’écran, les films commencent tout juste à se répandre dans le monde. En 1916, ses films sont régulièrement regardés par des centaines de millions de personnes sur différents continents.

Voici une vidéo en anglais parlant de ces faits :

Il cite le jour, en 1921, où Chaplin est revenu à Londres, et il est accueilli par des dizaines de milliers de sympathisants. Les journaux estimaient qu’il y aurait plus de monde dans la rue pour le saluer que le jour de l’Armistice. La déconnexion psychologique qu’il a dû ressentir est vraiment frappante.

Une popularité indéniable

À ce jour, Chaplin avait cofondé le studio hollywoodien United Artists, lui donnant un contrôle total sur des films bien-aimés tels que The Kid (1921) et The Gold Rush (1925). Pourtant, ce n’est qu’une partie de The Real Charlie Chaplin, qui fait un excellent travail en montrant comment la vie de Chaplin s’est déroulée parallèlement à certains des plus grands événements de l’histoire mondiale du XXe siècle. La Grande Dépression, par exemple, est commentée dans Les Temps Modernes (1935), un film sur la mécanisation accrue. Mais c’est peut-être la Seconde Guerre mondiale qui est venue le définir.

Pendant des années, Chaplin avait été considéré comme juif, soit par les antisémites, soit par les juifs eux-mêmes. Chaplin était réticent à corriger l’hypothèse populaire selon laquelle il était juif, car il pensait que cela ferait le jeu de l’antisémitisme, explique Spinney. « Quand il l’a finalement fait, il a dit : Je n’ai pas cet honneur ». C’est un paria errant, toujours contraint de quitter son emploi, traqué par les autorités, déraciné et exilé, ajoute Spinney.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.