Playground : traumatisme d’une jeune étudiante à l’école

La réalisatrice belge Laura Wandal livre une histoire d’une honnêteté sans faille, déchirante et magnifiquement interprétée sur l’intimidation dans la cour d’école dans son premier long métrage Playground.

Le film a remporté le prix FIPRESCI dans la section Un Certain Regard à Cannes l’année dernière et a ensuite été sélectionné comme entrée belge pour le meilleur long métrage international à la 94e cérémonie des Oscars. Il met en vedette les nouveaux arrivants Maya Vanderbeque et Günter Duret en tant que deux frères et sœurs fréquentant la même école primaire essayant de naviguer dans le monde cruel de l’intimidation infantile.

L’histoire bouleversante d’une jeune fille

Le film suit Nora (Vanderbeque), sept ans, et son grand frère Abel (Duret) qui, pour la première fois de leur courte vie, se retrouvent dans la même école. Bien qu’elle ait eu du mal à s’intégrer au début, Nora finit par trouver sa propre foule grâce à sa personnalité exubérante et sa capacité à se connecter.

Voici la bande-annonce de ce film :

Nora remarque bientôt qu’Abel est victime d’intimidation et se précipite pour le défendre, mais on lui fait promettre de ne rien dire à personne, y compris à leur père célibataire qui souffre depuis longtemps (une tournure magnifiquement nuancée du talentueux acteur français Karim Leklou). Abel endure plus d’humiliations quotidiennes de la part de ses bourreaux jusqu’à ce que les choses aillent trop loin et que les parents soient appelés pour aider à désamorcer la situation. Alors que les choses semblent s’améliorer légèrement pour Abel, Nora doit justifier son propre lien avec son frère car les deux enfants sont évités par leurs camarades de classe, ce qui conduit Nora à agir de manière inhabituelle.

Un véritable drame

Suivant les traces de ses collègues cinéastes belges The Dardenne Brothers (The Son, The Child, The Kid with a Bike), Wandal nous a offert un drame hyper-naturaliste magnifiquement superposé sur les traumatismes de l’enfance. Son style cinématographique austère, détaillé et méthodique, associé à la performance palpitante de Vanderbeque, fait de Playground une expérience unique.

L’utilisation par Wandal de gros plans extrêmes et d’un travail de caméra à main tremblante ajoute un sentiment d’urgence et de réalisme à cette histoire brillamment pensée, tout en gardant l’accent sur ses jeunes protagonistes en écartant délibérément leurs expériences de leurs homologues adultes.

Élevé par ses dialogues clairsemés, Playground est un drame solidement raconté, sincère et audacieux sur un sujet rarement abordé par les drames grand public. Il s’agit d’un début très capable d’un cinéaste qui connaît vraiment son métier.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.