Un focus féminin pour un festival de films organisé à distance

L’une des grandes joies du Festival du film juif britannique est la chance qu’il donne aux cinéphiles juifs de se rencontrer. Tout comme les réunions de famille, il y a un sentiment de convivialité avec les membres du public, et il est rare d’assister sans tomber sur un ami.

Mais cette année, tout est différent. Comme d’autres festivals de cinéma cette année, les organisateurs du UK Jewish Film Festival ont opté pour une expérience totalement virtuelle. C’est dommage, mais le côté positif est que plus de gens peuvent accéder aux films, sans avoir à se disputer des billets ou à traverser la ville.

Asia

Au moins un des Ruthy Pribar joyaux du festival, Asia, un brûleur lent exécuté adroitement dans lequel un immigrant russe âgé de 35 ans en Israël, infirmière gériatrique et les luttes d’une mère seule pour faire face à ses responsabilités parentales à sa fille, âgée de 17 ans.

Voici une vidéo en anglais annonçant cet événement :

Devenue mère à un âge précoce, Asia (Alena Yiv, de Heroine) a du mal à se rapporter à sa progéniture adolescente rebelle, Vika (un tour magnifique de la star peu orthodoxe Shira Haas). Leur vie mondaine et leur relation précaire sont cependant renforcées lorsque Vika est soudainement diagnostiquée avec une maladie dégénérative limitant la vie. Pendant ce temps, la liaison illicite de l’Asia avec une collègue mariée se heurte à un problème alors qu’elle lutte pour porter seule le fardeau d’un enfant malade et sans âme sœur pour partager sa vie.

Avec ses dialogues clairsemés et ses longues prises intimes, le film mêle admirablement mélodrame et réalisme social. Il y a des allusions au style d’observation méticuleux de Mike Leigh dans la description du travail quotidien de l’Asie en tant qu’infirmière gériatrique, même si la relation touchante entre Vika et sa belle jeune soignante Gabi (Tamir Mula) bascule parfois dans un sentimentalisme légèrement plus artificiel. Néanmoins, Pribar nous a offert un drame familial adulte et magnifiquement joué qui mérite plus que tous ses éloges.

Golda

L’un des temps forts de cette année est un documentaire captivant retraçant la vie de l’ancien Premier ministre israélien controversé Golda Meir. La pièce maîtresse de Golda est une conversation off-the-record avec Meir, filmée juste après une interview télévisée qui a eu lieu peu de temps avant sa mort en 1978. Fumant une chaîne tout au long, une de ses marques de fabrique, la Meir archivée parle franchement de ses cinq ans.

Les trois réalisateurs du film, Sagi Bornstein, Udi Nir et Shani Rozanes, couvrent ici certaines des plus grandes controverses de Meir. Ils examinent sa relation tendue avec les Black Panthers d’Israël, un groupe de colons Mizrahi qui se sont sentis maltraités par son gouvernement, et les erreurs commises pendant la guerre du Yom Kippour en 1973.

Malheureusement, Golda passe sous silence les premières années de formation de Meir aux États-Unis et ne parvient pas non plus à se plonger dans ses croyances socialistes antérieures qu’elle a abandonnées plus tard, selon ses détracteurs.

Néanmoins, il existe des entretiens indéniablement révélateurs avec des membres de la famille, des amis proches et d’anciens fonctionnaires du gouvernement pour aider à combler les lacunes. En bref, c’est un aperçu spécial de la femme connue de beaucoup comme la reine des Juifs.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *