Des générations de chagrin

Pieces of a Woman est le cinéma aussi personnel que possible. Réalisé par Kornél Mundruczó et scénarisé par sa femme, Kata Wéber, l’équipe d’origine hongroise derrière le film culte de 2014 White God, il met en vedette Vanessa Kirby et Shia LaBeouf dans le rôle d’un couple de Boston dont le bébé meurt après un accouchement traumatisant à domicile. Un film sur la façon de surmonter et de traiter le deuil de toutes les manières possibles, il raconte également une histoire plus large sur la survie à un traumatisme.

Cette œuvre brute et très émotive a commencé sa vie comme une pièce de théâtre écrite par Wéber. Après sa mise en scène réussie à Varsovie, ils ont décidé de l’adapter à l’écran, et de le déplacer en Amérique pour leurs débuts en anglais.

Un film inspiré de faits réels

Lorsqu’il s’est incliné en septembre dernier au Festival du film de Venise, où Kirby a reçu le prix de la meilleure actrice, le public a été choqué par la représentation de la naissance. Un cliché graphique et exténuant qui dure environ 25 minutes, c’est quelque chose que le réalisateur défend fermement.

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

L’histoire chargée elle-même a été vaguement inspirée par une tragédie qui a frappé Wéber et Mundruczó, qui ont perdu leur propre enfant. Comme le note le réalisateur lui-même, « Est-il possible de survivre si vous avez perdu celui que vous aimiez le plus ? » Alors que Wéber précise que l’histoire du film est « hautement fictive » et est liée à leur propre perte dévastatrice, elle s’est inspirée de nombreuses femmes qu’elle a rencontrées et qui ont subi une tragédie similaire.

Un film vraiment exceptionnel

Curieusement, la scénariste a également façonné le récit autour de quelque chose qu’elle ne connaît que trop bien: le fait que sa propre famille soit des survivants de l’Holocauste. « Mon point était que je voulais mettre cette histoire dans un environnement que je connais », dit-elle. « Et je voulais confronter les deux perspectives sur la façon dont vous voulez gérer les tragédies. »

Dans l’histoire, Martha de Kirby est une survivante de l’Holocauste de troisième génération, dont la mère dominante Elizabeth (jouée par Ellen Burstyn) exhorte sa fille à poursuivre la sage-femme (Molly Parker) présente lors de l’accouchement à domicile comme un moyen de mettre fin à cette terrible perte… Elle entreprend même de payer le mari de Martha, Sean (LaBeouf), pour donner à sa fille un nouveau départ sans lui.

Wéber a voulu parler de la façon dont « ce genre de familles », son mari directeur l’interrompt, précisant « les familles d’Europe de l’Est »,  font face au traumatisme. D’après son expérience, ceux qui ont survécu à l’Holocauste peuvent transmettre «d’une génération à l’autre un certain schéma de gestion des tragédies, alors que le deuil doit être traité individuellement. « Je pense que cette histoire va complètement à l’encontre. Parce que maintenant, voici un énorme échec, quelque chose qui ne fonctionne pas. Et vous ne pouvez pas simplement vous lever et le combattre parce qu’il n’y a rien à combattre, non ? » Comme elle le dit, « Martha a son propre chemin et rompt ce genre de modèle familial. »

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.