Un homme qui raconte des histoires de femmes

S’il y a une personne qui ne peut pas attendre la levée du confinement, c’est bien le cinéaste Dekel Berenson. L’écrivain, producteur et réalisateur né à Haïfa a hâte de se rendre en Israël, pour commencer à réaliser son premier long métrage.

Entre-temps, Berenson est devenu un lauréat pour ses courts métrages, dont le dernier, Anna, est projeté dans de nombreux festivals de films à travers le monde. Le film a gagné le trophée du meilleur court métrage aux British Independent Film Awards et a été nominé pour une Palme d’or à Cannes plus tôt cette année, en plus d’être sélectionné pour un Bafta. Berenson a également raté de peu l’obtention d’un Ophir, l’équivalent israélien des Oscars.

L’histoire d’Anna

Anna, jouée avec beaucoup de sympathie par Svetlana Barandich, n’a pas grand-chose à faire pour elle. Elle est en surpoids, âgée avant son heure et a un travail misérable dans une usine de transformation de viande dans l’est de l’Ukraine enneigée. Une mère célibataire avec une adolescente instable, tous les jours d’Anna sont les mêmes.

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Pourtant, elle a encore un espoir de changement. Une publicité à la radio, une romance prometteuse de la part d’une foule de touristes américains, amène Anna à s’inscrire pour un dernier lancer de dés émotionnels. Comme aucun des Américains ne parle la langue locale et que peu de femmes ukrainiennes parlent anglais, les relations improbables sont menées par l’intermédiaire d’un interprète, et elle ne fournit pas toujours la traduction la plus fiable.

Un mélange d’émotions

Le film est tour à tour déprimant, dramatique et comique: Berenson a emballé beaucoup d’informations dans ce court métrage, ce qui laisse définitivement son public à la recherche de plus. Et son affection évidente pour son actrice principale brille à travers l’écran, faisant de lui peut-être le seul homme israélien à ne pas choisir le joli visage par défaut.

À son propre amusement, Berenson a peut-être croisé la route du nouveau président des États-Unis quand il était bébé, car sa famille a vécu, pendant trois ans, dans la ville natale de Joe Biden, à Wilmington, dans le Delaware. Le père de Berenson était shaliach au centre communautaire juif local de Wilmington, et il a encore des parents dans la ville, qui sont en relation étroite avec les Bidens.

De retour en Israël, Berenson a attrapé le virus du cinéma très tôt, réalisant de courts croquis de comédie avec son frère et les éditant sur vidéo. Dès qu’il a terminé son service militaire, en 2000, il est parti en voyage : il estime avoir passé du temps dans plus de 60 pays à ce jour, et me parlait en fait de Chypre, où il a passé la plupart de ses temps de verrouillage, d’écriture et de recherche de nouveaux projets.

Un film très personnel

Pour Berenson, le film a des parallèles très personnels et illustre son désenchantement pour la société israélienne, qui l’a amené à partir dès qu’il a terminé son propre service militaire.

Le tournage en Israël représentera donc le temps le plus long depuis de nombreuses années que Berenson a passé dans le pays. Tout de même, malgré son existence péripatéticienne, la maison sera toujours Israël.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.