Être juif… nous étions comme des lépreux : Vadim Perelman

L’expérience du réalisateur Vadim Perelman sur l’antisémitisme dans son Ukraine natale informe son nouveau film, Persian Lessons, un drame saisissant de l’Holocauste. Ayant grandi à Kiev, avant l’effondrement de l’Union soviétique, Vadim Perelman s’est rendu compte très jeune que ses parents ne parlaient pas d’être juifs. Même ainsi, il savait ce qu’il était.

Il est finalement sorti de l’URSS en 1977 et vit aujourd’hui à Vancouver. C’est en partie son expérience d’immigrant qui a inspiré ses débuts dans un long métrage en 2003 : une adaptation déchirante de House of Sand and Fog, le roman d’André Dubus III sur un général iranien exilé essayant de refaire sa vie en Amérique avec sa famille et se battant au dessus d’une maison avec son ancien propriétaire. Mettant en vedette Sir Ben Kingsley et l’actrice juive Jennifer Connelly, le film a remporté trois nominations aux Oscars.

Un film inspirant

Le dernier film de Perelman, Persian Lessons, a été choisi comme entrée de la Biélorussie pour l’Oscar du meilleur long métrage international de cette année. Cependant, pendant que cette histoire était en cours d’écriture, elle a été disqualifiée. C’est dommage car Persian Lessons est une fable captivante et unique sur l’Holocauste, avec deux performances principales convaincantes et nuancées, une relation centrale complexe et l’un des climax les plus dévastateurs émotionnellement que vous êtes susceptibles de voir dans un film cette année.

Voici le résumé de ce film en anglais :

Pendant un certain temps, Perelman allait réaliser une adaptation du roman controversé de Jerzy Kosinski The Painted Bird, dont une version a finalement atteint l’écran avec le cinéaste tchèque Vaclav Marhoul à la barre. Bien que très différentes des leçons de persan, les deux sont des histoires de survie juives se déroulant pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans chaque cas, est-ce cet élément qui a attiré Perelman ?

Une histoire surprenante

La Shoah l’a toujours fasciné, dit-il en désignant une collection de livres sur une étagère quelque part hors caméra. Et si son lien avec House of Sand and Fog avait été sa propre histoire d’immigration, alors cette fois c’était son héritage juif qui l’appelait. Ma mère est née le 9 juillet 1941, échappant aux nazis», dit-il. Son grand-père était absent au front, et sa grand-mère l’a accouché seule, sur le sol d’un train quittant Kiev pour être évacuée, littéralement quelques semaines avant que les Allemands ne prennent la ville. Et puis bien sûr, par conséquent, il y a eu Babi Yar (une référence au massacre de près de 34 000 Juifs dans un ravin à Kiev) et les horreurs qui ont suivi dans sa ville natale.

Des années plus tard, Perelman a également quitté Kiev en train avec sa mère Zhanna. Bien qu’ils aient voyagé dans des circonstances très différentes, il ressentait encore les échos de ces voyages antérieurs. Persian Lessons commence avec un juif belge, Gilles (Nahuel Pérez Biscayart), échappant de peu à la mort en convaincant ses ravisseurs nazis qu’il est vraiment persan, pas juif. Il est emmené dans un camp et remis à Klaus Koch (Lars Eidinger), l’officier en charge de la cuisine, qui rêve d’ouvrir un restaurant en Iran. Pour rester en vie, Gilles doit enseigner le Koch Farsi, une langue dont il ne sait rien, tout en cachant sa véritable identité.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.