Critique de film : « Je pense à la fin des choses »

Souvent considéré comme l’un des cinéastes les plus controversés de notre époque, le scénariste (Eternal Sunshine of The Spotless Mind, Adaptation, Being John Malkovich) devenu réalisateur Charlie Kaufman (Synecdoche, New York, Anomalisa) a autant de fans que de détracteurs en l’entreprise, certains qualifiant ses films de délibérément aliénants, inutilement déroutants et incompréhensibles.

Dans son dernier film I’m Thinking Of Ending Things, Kaufman est de retour avec ce qui est sûr d’être son meilleur film à ce jour. Adapté du roman du même nom de Iain Reid en 2016, le film met en vedette Jessie Buckley (Beast, Wild Rose, Judy), Jesse Plemons (Bridge of Spies, The Irishman) David Thewlis (Harry Potter, Anomalisa) et Toni Collette (Hereditary).

Le personnage principal est très intéressant

Buckley incarne une femme qui s’est retrouvée dans une relation apparemment réticente avec un jeune homme gentil mais décidément ennuyeux (Jesse Plemons) qui l’a invitée à rencontrer ses parents (Thewlis et Colette) chez eux à la campagne. Le voyage implique une longue route froide et fastidieuse sur une route interminable dans laquelle ils échangent une longue conversation sur la vie.

Voici le résumé de ce film en anglais :

En arrivant à la maison, la jeune femme se rend vite compte que les choses ne sont pas tout à fait ce qu’elles paraissent puisqu’elle est invitée à partager un repas avec ses parents qui se chamaillent sans cesse. Les souvenirs d’enfance sont intimement liés au présent dans une histoire qui commence comme une chose et finit par être quelque chose de complètement différent.

Un film intriguant

Les récits de Kaufman sont souvent parsemés d’idées profondément introspectives qui peuvent parfois sembler plutôt aliénantes. Que l’on soit fan de sa marque particulière de cinéma ou non, il est clair que Je pense à la fin des choses est le film qui le cimente comme l’un des cinéastes les plus intelligents de ses générations. Faisant preuve de plus de maturité et de conscience de soi que ce que nous avons vu de lui auparavant, Kaufman a pris une histoire qui semblait presque impossible à filmer et l’a fait sienne.

Peut-être que travailler dans les paramètres du matériel original de quelqu’un d’autre, Iain Reid dans ce cas, est exactement le genre d’incitation dont Kaufman a toujours eu besoin pour fournir son meilleur travail. Le livre de Reid regorge d’idées existentielles disjointes sur la vie, la mort et tout ce qui se trouve entre les deux. C’est une histoire qui peut parfois sembler un peu claustrophobe, mais heureusement, elle ne semble jamais choquante.

De belles performances

Buckley offre une performance magnifique comme jamais, et même son accent américain pas tout à fait là n’enlève rien à sa capacité à briller partout. Plemons est tout à fait brillant en tant que perdant tranquillement exaspéré de l’amour et de la vie, tandis que Thewlis et Collette ont joué deux tours complètement dingues.

Dans l’ensemble, les fans de Kaufman seront ravis de le retrouver, tandis que ceux qui n’ont pas tout à fait compris son dernier film Anomalisa seront agréablement surpris par le raffinement de cette dernière offre. C’est vraiment un film étonnant, sombre et très mature de l’un des cinéastes les plus controversés du cinéma.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.