The Bubble : trop long et atrocement pas drôle

Karen Gillan (Doctor Who, Gardiens de la Galaxie), Leslie Mann (This is 40) et David Duchovny (The X Files) dirigent un casting stellaire dans cette méta-comédie décevante sur le thème de la pandémie du scénariste-réalisateur Judd Apatow (En cloque, Le roi de Staten Island) pour Netflix. Pedro Pascal, Keegan-Michael Key, Guz Khan et la sensation du film suivant de Borat, Maria Bakalova, sont également à l’affiche.

Écrit par Apatow et la scénariste Pam Brady, The Bubble a été inspiré par la production du Jurassic World Dominion (2022) qui n’est pas encore sorti et qui a été filmé pendant la pandémie avec ses acteurs vivant ensemble pendant le tournage. Plus tôt cette année, Netflix a publié un teaser pour Cliff Beasts 6, les géants du streaming révélant plus tard que ce devait être dans le film de The Bubble.

Un film lié au coronavirus

Alors que la production démarre pour le dernier opus de la très populaire franchise Cliff Beasts, les principaux acteurs Carol Cobb (Gillan) et l’ex-couple Lauren Van Chance et Dustin Mulray (Mann et Duchovny) se retrouvent enfermés dans le luxueux hôtel Cliveden House à Berkshire.

Voici la bande-annonce de ce film en anglais :

Attirés par ce que les producteurs promettent d’être un tournage différent, les acteurs sont coincés dans une bulle sécurisée par Covid et il leur est interdit de partir tant que le tournage n’est pas terminé. Surtout connu pour ses comédies relatables et généralement bien accueillies, Apatow présente ici un film trop long et atrocement peu drôle. Comme pour la plupart des productions sur le thème de la pandémie que nous avons vues jusqu’à présent, The Bubble se sent déjà terriblement daté et complètement déconnecté.

Des stars contraintes de rester ensemble

Bien que la prémisse de ce qui se passerait si un groupe de célébrités égocentriques et choyées étaient forcées sous un même toit aurait pu facilement produire du matériel décent, Apatow et al malheureusement ne font pas rire tout au long. Le résultat est un gâchis géant maintenu par une prémisse ridiculement farfelue et des performances plutôt douteuses.

Les fans des comédies humoristiques de deuxième année brillamment conscientes d’Apatow trouveront très peu de choses à apprécier ici. Passant de sa formule éprouvée d’histoires d’hommes puérils et schlubby et de femmes qui les tolèrent, il recourt à un humour burlesque peu sophistiqué et à des gags de toilette au-delà de la pâleur. Dans l’ensemble, cette offre désordonnée, confuse et vraiment déroutante n’est en aucun cas un Apatow vintage, mais tout le monde a le droit à un raté de temps en temps. On espère seulement que son prochain film ramènera à nouveau les personnages que nous avons tous appris à aimer.

Anna T.

Le cinéma est pour moi l'art le plus subtile parmi tous. J'ai tenté une carrière plus jeune et j'ai foulé les planches mais sans succès. Mais mon amour pour la scène, la réalisation n'ont pas diminué. J'essaie de vous transmettre un peu de ma passion par l'intermédiaire de mes billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.